ModuleContact
Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Miser sur les PME et réduire l’ISF

Actualité : Miser sur les PME et réduire l’ISF

Côté ISF, en cas de souscription au capital de PME, la réduction est de 50 % des versements effectués. Le plafond de réduction annuel est de 45.000 euros pour les investissements réalisés du 16 juin 2012 jusqu’à la date limite de dépôt de sa déclaration. Ces investissements (90.000 euros au maximum) peuvent être directs ou indirects, via une société holding ou un mandat de gestion (ex : Calao Finance, Midi Capital).

Plusieurs critères de variation :

- D’abord, le plafond est ramené à 18.000 euros par an (36.000 euros investis au maximum) si l’investissement est réalisé par l’intermédiaire d’un FCPI ou d’un FIP.

- Le taux de réduction est lui, fonction de la part investie par le fonds dans des PME. Si ce dernier y investi 100%, la réduction d’ISF sera de 50% des sommes versées. Pour un investissement en PME « éligibles » à 80%, la réduction sera de 40%.

Conditions :

- Le plafond global de la réduction d’ISF, PME et dons ne peut dépasser 45.000 euros.

- Que l’intéressé passe par un fond ou qu’il fasse une souscription directe, il doit conserver ses titres jusqu’à la fin de la cinquième pour bénéficier de cet avantage fiscal.

Cependant, ce qui est déduit de l’ISF ne peut donner lieu à une réduction d’impôt en matière d’impôt sur le revenu. La réduction d’IR est égale à 18 % des versements, retenus dans la limite annuelle, de 50.000 euros (personne seule) ou de 100.000 euros (couple marié ou pacsé), et, via des FCPI ou des FIP, de 12.000 euros (24.000 euros pour un couple).

Cette carotte fiscale reste pourtant risquée et on peut y laisser la totalité de son investissement. Concernant les FCPI et les FIP, l’argent investi peut être bloqué jusqu’à dix ans, leurs frais de gestion étant élevés et les espérances de gain aléatoires. Veillez donc à ne pas y allouer l’ensemble de votre patrimoine, cela évite toujours les mauvaises surprises.